Nomade-couv-1bis

       Ce matin, naît en moi l'idée que la « soi-disant civilisation » est facturée à un prix exorbitant. Elle se paie cash en pillages, en massacres, en esclavages, en insécurité et en un terrible inconfort spirituel. Elle est au minimum un leurre qui cache des rackets, des arnaques et de nombreuses autres per­ver­sions. Nous verrons ci-dessous qu'à l'intérieur de cette dictature de fourbes, les religions monothéistes sont la théâtralisation de ces incompréhensions entre nomades et sédentaires qui prolongent des souvenirs truqués et incompris. Ensuite nous irons plus loin, en décortiquant l'origine de notre organisation sociale.

      Commençons par la bible, base des trois religions monothéistes : E.19.5 : vous m’ap­par­tien­­drez en propre d’en­tre tous les peuples ; car toute la terre est à moi.Vous avez aussi Exode 8:1 L'Eternel dit à Moïse : Va vers Pharaon, et dis-lui : Laisse aller mon peuple, pour qu'ils me servent. Appartenir à, servir. On ne parle ici d'aucune liberté, mais d'esclavage. L'Eternel de Moïse est un sédentaire HORIEN, devenu esclavagiste par vengeance.

      Et maintenant voici une citation de Napoléon : 

      – « Lorsqu’un gouvernement est dépendant des banquiers pour l’argent, ce sont ces derniers, et non les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation, puisque la main qui donne est au dessus de la main qui reçoit. L’argent n’a pas de patrie ; les financiers n’ont pas de patriotisme et n’ont pas de décence ; leur unique objectif est le gain ». Napoléon nous parle de nomades qui ont trouvé la parade pour exploiter les sédentaires.

      La conséquence actuelle :

      Aujourd'hui, par le truchement du crédit bancaire, quelques personnes astucieuses détiennent quasiment toutes les richesses produites par les peuples. Presque tous sont peu à peu réduits en esclavage ; et le nœud coulant nous serre de plus en plus fort... jusqu'à l'asphyxie ?

      Or, je vous rappelle que l'Éternel de Moïse n'était pas un dieu vaporeux crachant ses colères à travers les nuages, mais un chef Horien de chair et d'os, comme on dirait aujourd'hui un chef de guerre Hongrois ou Occitan. En effet, l'Éternel vengeait ses ancêtres Horiens qui vivaien en Séïr, avant que Esaü ne les en expulse (1). Esaü est le frère de Jacob, tous deux fils d'Isaac et petits fils d'Abraham, (c'est une famille de nomades). Quatre générations après le massacre des sédentaires Horiens par des nomades venus d'Ur en Sumer, l'Éternel de Moïse vengeait ses ancêtres en imposant à son tour aux Hébreux, l'atroce servitude décrite dans l'Exode. Et à l'époque, qui dit conquête, dit massacre, pillage, expulsion de son territoire et mise en esclavage. Ces horreurs sont d'ailleurs bien décrites pour les nomades madianites attaqués par Moïse et son Eternel Horien.

(1) : D’après Zecharia Sitchin, sept viles du chemin des rois ont été détruites par des bombes atomiques ; et parmi elles, En Seïr, au même titre que Sodome et Gomorrhe. Il est logique de dire que ce besoin de vengeance part de là.

      On a donc l'ordre suivant :

  1. Esaü, de la famille d'Abram fraîchement venue en Canaam (depuis trois générations), attaque un peuple de sédentaires.
  2. Quatre générations plus tard, le chef des sédentaires soumis, venge ses ancêtres en prenant la tête de l'exode des hébreux d'Égypte sous le nom d'Éternel, les amène au Sinaï, monte une secte avec des règles violentes, puis les transforme en guerriers pour soumettre d'autres peuples nomades (madianites) et de sédentaires (tous les autres).
  3. Plus tard : des nomades inventent l'argent dette pour piller le monde entier !
  4. Aujourd'hui, certains banquiers se vantent de faire l'oeuvre de Dieu !!!

      Où est l'intelligence dans cette suite d'événements ?    

       Donc de mon point de vue, notre société s'autodétruit à cause de cette concurrence souterrai­ne qui dure depuis plus de deux mille ans ; et qui ne trouve pas de solution, parce qu'elle n'est pas exprimée et encore moins expliquée. Pire, elle est déformée par les religions bibliques ; ce qui tend les relations entre les nomades et les sédentaires. Ces derniers occupent le terrain avec autorité et mépris, mais les nomades imposent leur système de crédit bancaire pour les arnaquer !

      Tout est monnayé : terrains, fruits, animaux, eau, etc. ; alors que la seule valeur réelle est le travail, puisque la Nature fournit tout le reste gratuitement. C'est à partir de ce constat, qu'il faudrait penser à une sécurisation des échanges : qu'est-ce qui est monnayable et qu'est-ce qui ne l'est pas ; à leur clarification aussi, en établissant un code de la propriété qui respecte à la fois la Nature et les Peuples. Enfin, les monnaies qui sont avant tout un système de mesure des échanges devraient être gratuites, comme n'importe quelle autre mesure, de distance de poids ou temps, par exemple. Cela impliquerait la suppression des intérêts ... et donc des banques et de leurs frais exorbitants.

        On peut aller voir plus loin !

      Car l'injustice est bien antérieures aux peuples bibliques. C'est ce que vous allez découvrir en lisant les origines et la tructure de notre organisation sociale ; puis un court résumé d'un livre de Anton Parks. A partir de là, on comprend que l'humanité n'a que deux choix : soit accepter son esclavage, soit essayer un mieux vivre en devenant mercenaire de ceux qui l'exploitent. Or ces derniers, bien que nourris et entretenus par l'humanité dans un luxe arrogant, la méprisent et la calomnient ; même si elle est de bien meilleure qualité morale que ses fourbes de maîtres, même s'il est prouvé qu'elle est altruiste de nature (lire "plaidoyer pour l'altruisme" de Mathieu Ricard, publié aux éditions du nil). Dans ces conditions, aucune culpabilité n'est acceptable, c'est à ses maîtres de se remettre en question.

      Vous êtes arrivés jusqu'au bout. Bravo ! Vous avez compris ? Alors faites circuler.