dualite
Je vous propose de réfléchir avec moi, à un problème que nos scientifiques, presque tous fonction­nai­res et donc pas pressés de trouver, sont incapables de dénouer ; mais nous, comme on est loin d’être cons, on va mettre nos idées en place, pour cogiter sans eux. L’ex­pli­cation doit être limpide. Pas besoin de mathématiques absconses. Alors on y va :

Dutheil Charon


On commence par Albert Einstein qui a posé un univers à 4 temps :
Trois dimensions bien concrètes et un temps imaginaire. Son travail a permis de trouver 4 des 19 bases nécessaires à l’explication du monde. On peut le représenter par un carré dont 3 côtés, (ici en bleu dans le carré du bas), sont les trois dimensions concrètes (longueur, largeur, hauteur), le quatrième côté, (en rouge dans le carré du bas), suggère la dimension imaginaire du temps relatif.

Au début des années 1980, arrivent Jean Émile Charon puis Régis Dutheil et sa fille Brigitte, du CNRS. Eux, ils décident que le carré d’Einstein n’est que le côté pile d’une pièce de monnaie. Ils ajoutent le côté face, soit un autre carré. Lui aussi est a 4 dimensions, mais inversées. Ainsi, on a les 3 côtés rouges, (dans le carré du haut), qui sont 3 dimensions d’espace, donc longueur, largeur, hauteur, mais imaginai­res. On ne peut les trouver et les expérimenter, puisqu’elles sont imaginaires ; mais à ces trois côtés, ils accolent une dimension de temps réel ! (en bleu dans le carré du haut). Cette astuce a été moulinée dans les ordinateurs les plus puissants du monde en 1987. Cela a permis de trouver 14 des 19 bases nécessaires pour faire le lien entre le macrocosme et le microcosme. Pfiou ! Sacré progrès !!! Mais il en manque 5, et c’est ce qu’il nous faut trouver, hé ! hé !

Du coup, je vous demande d’imaginer ce qu’est la colle entre le côté pile et le côté face. On peut représenter ce lien par quatre traits noirs rigides ; mais vous avez le droit de les plier, de les tordre, de les rallonger ou raccourcir, de les aplatir ou boursoufler, etc. Toutes les astuces sont bonnes à tester, et pas forcément les plus logiques.

Et puis, il faut aussi imaginer le mouvement. Rien n’est statique, dans l’Univers. Et d’ailleurs, Charon et Dutheil prétendaient que la matière quelle qu’elle soit, a sa conscience d’être. Ils par­laient de psychomatière, soit d’une matière vivante. Allez, go !