Le-livre-de-NureaAncienne version chez Pahana books

lundi 7 janvier 2019, 6 h 18

Ce matin, je me réveille avec le mot "projet; il correspond à ce que par ailleurs j’ai nommé "la mission de vie". Eh bien, ce qui a été un projet puis une mission de vie tant il a été important, c’est fini, acté. Je l’ai réalisé. Bon, j’écris encore dans mes cahiers, mais moins, alors qu’ils sont la base de mon inspiration, c’est là que j’écris en premier. Je fais aussi des articles sur mes blogs, j’y passe beaucoup de temps à corriger, à abonder, mais l’important est déjà en place. (C’est ce que je crois à 6 h du matin).

 Capture du 2019-01-07 12-40-00

Par contre sur http://jesuisunraleur.canalblog.com je me rends compte que je suis de plus en plus espionné. Non, je ne suis pas parano ! Un bon tiers des visiteurs du blog sont américains et souvent beaucoup plus. Je touche donc là où il faut. Hier par exemple, j’ai été attaqué là où je m’attendais le moins : sur www.leboncoin.fr !

J’étais en train de regarder des annonces d’ameublement, notamment un lit en 140, quand "Le livre de Nuréa" de Anton Parks est apparu dans la liste des annonces. J’ai d’abord cru au système d’espionnage par cookies qui sert à faire des offres ciblées, mais je n’avais jamais cherché ce livre sur Leboncoin. Et puis cela n’a rien à voir avec l’ameublement ! Par contre, je l’avais bien trouvé sur le net dans l’après-midi. J’avais un doute. Je n’ai pas cliqué dessus parce que j’avais décidé de l’acheter en magasin, pas sur le NET. Il a disparu après trente secondes.

Tout de suite après, est apparu sur mon écran, une page qui a effacé celle de Leboncoin.fr ! Elle exigeait que je donne mes identifiants, et il y avait deux barres à remplir. En plus, une voix de femme m’intimait l’ordre de le faire tout de suite pour ma sécurité. Pff, sécurité. Chaque fois qu’on nous en parle, c’est pour nous endormir et nous piller. Et puis je ne suis pas obéissant. Je me contente de suivre mon chemin de coeur. En bas d’écran, il y avait ce que j’ai interprété comme un acte d’accusation : mon ordi serait à l’origine de la diffusion d’un virus à une dizaine d’adresses, dont celle de facebook où je ne vais jamais depuis bientôt trois ans. Et puis je suis sous UBUNTU. A ma connaissance il n’y a pas de virus.

Cela a fait un déclic dans ma tête. Je n’y ai pas cru. J’ai souvent cliqué sur la croix de droite pour effacer cette page. Cela n’a pas marché. Alors j’ai opté pour éteindre mon ordi et le redémarrer. Il s’est éteint et a redémarré tout de suite. Mes identifiants rentrés, je suis, sans avoir rien demandé et sans passer pas la case Leboncoin, retombé sur cette page à la voix de femme impérative. J’ai coupé le son, puis annulé le partage de connexion de mon téléphone, et j’ai pu arrêter tout ça.

 

Ça c’était hier. Ce matin, je me dis que j’aurais dû faire deux copies écran : une pour le livre dans la page ameublement, et l’autre pour l’ordre à transmettre mes identifiants. Mes lecteurs n’auraient pas eu droit à la voix de femme, mais j’aurais pu être plus précis dans cet article.

Donc mon "projet" qui consiste à décrire au plus près ce que je vis et à donner ma compréhension de ce que nous imposent nos "gouvernants", qu’il convient de requalifier en esclavagistes et destructeurs, il fonctionne. Je suis encouragé à continuer.

Or, rappelez-vous, j’ai débuté cet article en disant que je me suis réveillé ce matin avec l’idée que ce projet est fini. Juste au moment où il devient efficace après huit à neuf années de travail intense plus toutes celles qui ont précédé ? Bizarre. Là je n’y crois plus. Je ne suis pas un croyant et d’ailleurs je ne crois pas longtemps à ce qu’on me présente sur cette malheureuse planète. Ici, tout fait toc, truqué, saboté. En plus, j’ai l’intuition que les créateurs (trices) de ce monde, ont volé des techniques par orgueil ou pour se venger de quelque chose, et qu’elles ne les ont pas bien comprises. C’est pareil dans la Bible où on voit les sémites à des années lumière de comprendre leurs maîtres chaldéens. La colère est si trompeuse... On voit bien qu’il manque des compétences sur cette Terre de malheur. On n’a accès qu’à des savoirs de destruction, de pillage. Cela ne vaut rien.

 

Mais je reviens sur le livre de Nuréa dont j’ai déjà lu la première version, car un copain me l’a passé et je le lui ai rendu, si bien qu’il me faut en commander un autre. Je veux la seconde édition dans ma bibliothèque.

C’est le livre le plus subversif que je connaisse. Hier, j’ai fait des recherches sur le Net pour avoir des liens à mettre sur mon article : "Les mercenaires invisibles". C’est donc de là que tout part. Il n’est pas subversif au premier abord, il n’est même pas présenté comme tel. C’est juste qu’en le lisant, on comprend la vraie structure de notre société, ce qu’aucun autre bouquin ne fait en si peu de mots : une planche en couleurs de deux organigrammes, une courte présentation d'une société esclavagiste et cinq lignes de texte en italique. Tout le monde peut deviner en quelques minutes !

nurea_nouvelleterreNouvelle version parue chez Nouvelle Terre

Page 73, Nuréa se présente en espionne, puis nous parle des Gina abul à tête allongée dont elle fait partie :

Nous formons une race indépendante aux dessins multiples et variés. Nombreux sont ceux qui, parmi notre vaste lignée, rassemblent des familles belliqueuses en quête de pouvoir et de territoires. Nos routes militaires s’étendent dans l’ensemble de la voie lactée connue, jusqu’aux limites des couloirs intemporels et de la ceinture galactique. Les orgies destructrices assoient notre domination ainsi que notre renommée depuis des temps immémoriaux. Notre violence légendaire est redoutée dans une vaste étendue d’Anriba (notre galaxie). Aucun texte connu n’a pu répertorier notre histoire au complet, tant elle est ponctuée de dévastations et d’amnésies liées aux destructions en tout genre dont nous sommes majoritairement responsables.

 Les sentiers obscurs menant vers diverses sources de minéraux et de minerais croisent systématiquement nos voies commerciales. Toutes nos cartes sidérales signalent ces points stratégiques garants de notre pérennité. Notre technologie requiert une énorme quantité de ces substances tirées du sol. Sans elles nous n’existons pas. Sans elles nous agonisons. Pour les obtenir est les exploiter, nous soumettons de nombreux mondes ainsi que leurs nations. Nous n’hésitons pas à user de la force, mais nos chantages diplomatiques constituent la meilleure arme de dissuasion.Nous élevons la tromperie au niveau d’un art dont aucune des facettes ne nous échappe depuis l’âge de Nimra39. Lorsque le langage diplomatique n’aboutit pas, nous mettons en bralle la machine guerrière généralement programmée après une épidémie, un attentat ou encore des menaces extérieures montées de toutes pièces par nos soins, et dont nous prétendons pouvoir contenir les effets par la force au nom de la paix. Or, seul le chaos subsiste après notre implantation et nos multiples extractions minières.

Bien que traversée de tensions multiples et déchirée en son sein, nous constituons une société intouchable. Les différentes familles de notre lignée ne partagent pas les mêmes convoitises ou plus simplement les façons d’obtenir le pouvoir et la sécurité depuis l’âge de Nimra. Un point commun se retrouve toutefois chez chacun d’entre nous : nous exerçons une domination dissimulée dans l’ensemble de nos conquêtes grâce à l’implantation de bases souterraines reliées entre elles à travers un réseau de communication fonctionnant avec l’énergie radiante et les ondes telluriques. Certains d’entre nous, plus particulièrement les femelles de notre lignage, possèdent l’aptitude de dominer les éléments. Cet art associé aux minéraux permet de faire fonctionner nos industries, nos armes et nos vaisseaux. Sans vergogne, nous bafouons régulièrement les législations planificatrices pour assurer nos projets de conquêtes et les pillages au nom de notre survie. Nous sommes le fléau de cet univers et des victimes de l’ombre de Ga’anzir. Dans les temps reculés, nos ancêtres et nous-mêmes vivions en paix. Nous sommes les Gina’abul., (voir l'image ci-dessous).

 Nuréa;gina

Ensuite, page 183 de la nouvelle édition, c'est un kingalam qui parle de sa race (image ci-dessous). Le texte est facile à repérer, car il est en lettres italiques  :

Nous piétinons le temps imaginaire et démantelons vos créations depuis l’éternité. Vous n’êtes que poussière rêveuse croupissant en dehors de toute réalité. Après avoir éliminé la menace que vous représentez, nous emprunterons votre nouvelle fissure temporelle, pour pénétrer dans votre monde et le renverser. La disparition de votre monde nous sauvera tous. Alors, ami ou ennemi ?

 nureaKingalam contre lequel barbélù se bat dans la forêt. Frantz Lasvignes / Anton Parks / Hanaël Parks

      A présent voici le diagramme conçu par Anton Parks pour tracer ces deux lignées et vous aurez les données de base pour commencer à comprendre. 

nuréa, diagramme des lignées

      Voilà pour la présentation de la vraie structure de notre société dont je vous parle plus haut. Il ne faut donc pas s'étonner que l'humanité ait tant de difficultés !

Mais ce n'est pas fini ! Nous sommes prisonniers de notre galaxie : son trou noir central serait à très faible émission. P 123 on lit : 

- Oui, sa signature est trop faible pour supposer un effondrement gravitationnel ordinaire à l'instar des autres voies lactées. Il se trouve à cet endroit une quasi absence d'émission énergétique. c'est comme si notre Bùranna central (trou noir central) était fermé et privé de son alimentation naturelle"

Notre région lumière fonctionne comme une porte dont on aurait voulu fermer la serrure de l'extérieur, pour empêcher toute transmission d'informations au coeur même de notre matière.

Or, aujourd'hui, je lis dans wikistrike : des physiciens disent avoir trouvé une porte vers une autre dimension ; <<le grand trou noir en rotation Sagittaire A* situé au centre de la Voie lactée. La modélisation a démontré que sa singularité à l’intérieur est «faible» et qu’elle n’est pas en mesure d’endommager un objet qui s’en approche>>.

Mmouais, ben si c'est verrouillé, ils vont avoir des difficultés à passer à travers !

Ceci dit, il y a encore plus à comprendre de ceette lecture que je vous souhaite. Vous allez découvrir un autre monde possible.

8 h 17 SURPRISE !

Il y a de cela un quart d’heure, j’ai eu l’idée de revenir sur Leboncoin.fr pour re-provoquer cette attaque, mais ça n’a pas marché. Alors, j’ai voulu revenir sur mon article : "Les mercenaires invisibles" que j’avais perfectionné hier. Il avait disparu ! J’ai vérifié plusieurs fois, il n’y était plus.

Dans la foulée, je reçois une offre de mise à jour. Je la fais, et après redémarrage, je reviens sur http://jesuisunraleur.canalblog.com, et j’y retrouve mon article ! C’est la première fois qu’un de mes posts disparaît en entier puis revient avec une mise à jour ou ce qui est présenté comme tel. Par contre des liens disparaissent ; et il y a de cela quelques années, un de mes messages était modifié plusieurs fois au même endroit. Quand j’en ai eu marre de le refaire, je l’ai remplacé par une photo qui dit la même chose.

Je suis à présent convaincu que le livre de Nuréa pose problème à certains groupes sociaux. Il va falloir que j’en fasse la pub. Mon œuvre n’est donc pas finie. Il va falloir faire connaître cette "CAUSE DES CAUSES", ce qui cause la plupart des malheurs sur notre planète. Je commence par cet article.