gilets-jaunes-lavaurConsultation des gilets jaunes de Lavaur

Monsieur le maire, bonjour,

 

Je viens de recevoir votre invitation au débat le vendredi 8 mars à la halle d’Occitanie et je vous en remercie. Je suis tout à fait d’accord avec votre missive.

Cependant je ne peux pas y venir. Je le regrette beaucoup, mais je participe ce soir-là à un apéro monnaie libre à Radio Albigès.

http://jesuisunraleur.canalblog.com/archives/2018/10/07/36764131.html

 

Du coup, j’anticipe en vous montrant le travail exemplaire qui se fait sur la commune de Verfeil, où des habitants échangent leur savoir-faire. https://annuel2.framapad.org/p/SoireeDesAlternatives

 

L’idée est de se prendre en charge sans aide de l’État qui nous fait payer très cher des services de misère, voire inexistants, voire de destruction de la France, voire de pillage de pays étrangers pour le bénéfice de multinationales qui pour nous remercier, placent leur argent dans les paradis fiscaux et ne payent pas leur part d’impôts dus au pays.

Le but en ligne de mire m’apparaît fort déplaisant, 1984 en pire. Je ne suis pas intéressé par ce que propose le gouvernement. Je ne veux même pas en discuter.

 

Depuis 2011, je tiens des blogs dont le but est de clarifier peu à peu les débats auxquels j’ai accès. Je lance des sujets que je révise de temps en temps au gré de mes découvertes et réflexions.

Récemment j’ai découvert deux causes peu connues aux errements de notre époque : Ces sujets sont difficiles à exposer en public, mais pourquoi pas en parler ici :

- le secret au pouvoir :

http://jesuisunraleur.canalblog.com/archives/2011/08/30/21895458.html

- l’histoire ancienne de la planète :

http://jesuisunraleur.canalblog.com/archives/2019/01/07/36997986.html

 

Je vous souhaite une belle réussite de cette soirée. j’espère que s’y créeront des solidarités, des lieux de partage en jardinage, en bricolage, en entretien de l’existant et en créativité, peut-être même un fablab !

Ces partages m’intéressent au plus haut point. N’hésitez pas à m’y convier.

Bien à vous,