argent

      Quand j’avais 15 ans, j’habitais à la campagne. A pied ou à vélo tout était loin. Je rêvais d’une mobylette ; alors pendant les vacances d’été, j’allais en bicyclette travailler à la briqueterie distante de quatre kilomètres. En fin de mois, mon salaire m’était payé avec des billets et des pièces qui allaient dans mes poches.

      Or, dès 1789 des bourgeois soi-disant révoltés contre la royauté, légalisaient le prêt à intérêts, puis décidaient en 1794 que la monnaie est un produit comme un autre, qu'on peut le louer et faire de l’argent avec de l’argent. Je ne le savais pas. On ne nous enseignait pas ces choses à l’école. Et là, en 1967, des gens aussi avides de pouvoir et de gloire que ceux de 1794, décrétaient qu’il fallait mettre nos sous à la banque, qu'on nous paierait désormais par chèque.

      Sur le moment, je n’y voyais pas malice. C’était normal. La seconde guerre mondiale n’était pas si loin et ses effets se faisaient encore sentir. Il fallait aider à relever du pays. J’étais pour. Et puis, j’avais mon carnet de caisse d’épargne que je trouvais magique car j’avais sous mes yeux la trace de tous mes dépôts et retraits … depuis le premier ! On nous y payait une fois par an, de menus intérêts inférieurs à l’inflation, mais des intérêts quand même. J’avais également un compte chèques gratuit ; puis suivaient les cartes bancaires bon marché, huit francs tous les deux ans. Je contractais aussi des crédits immobiliers vus comme des emprunts, car je croyais que la banque prêtait SON argent … !!! Et cela durait des décennies, parce que l’idée ne me venait pas de vérifier. J’étais en totale confiance et jeune, les 40 millions de morts de la dernière guerre ne m’avaient pas alerté !

      Oui mais, il y a eu la grosse arnaque de 2007 où Nicolas Sarkozy a fait invalider notre vote de 2005 contre la constitution européenne ; et cela par nos propres députés et sénateurs priés de voter comme exigé, sous peine de se voir refuser l’investiture des partis politiques… et alors adieu à leurs privilèges si convoités !

      Du coup, puisque nous n’étions pas en démocratie, j’épluchais avec soin la vie politique et les finances. Il me fallait quatre ans pour commencer à écrire et douze ans pour capter que l’otan, l’onu, le fmi, l’oms, l’omc, l’Unesco, l’unicef, la banque mondiale, etc. visent à couler l’Europe pour asservir le monde entier au plus bas niveau possible, afin d’imposer un nouvel ordre mondial raciste, esclavagiste, matérialiste et destructeur. Il y a long pour devenir citoyen, quand les croyances, les distractions, la confiance et la flemme nous font trop longtemps oublier la prudence de base.

      Les temps où j’étais propriétaire des fruits de mon travail sont bien loin. Aujourd’hui la banque possède la planète et les peuples avec son tour d’illusionniste pourtant facile à voir : quand je dépose chez elle mon revenu et mes avoirs, elle s’en déclare débitrice vis à vis de moi, puisqu’ils sont à mon nom ; et en attendant que je les utilise, elle s’en sert comme si c’était les siens, comme si elle me les avait empruntés ; et au lieu de se comporter en locataire et me payer un loyer, elle s’établit en propriétaire et me facture des frais de tenue de compte, de carte bancaire et d’autres services (voir son tarif long comme une nuit de décembre). Et en plus, sous la menace de futures crises organisées par ses soins, ajoutées au projet de nous priver d‘argent liquide et même de revenus, elle se fait voter des ukases qui l’autorisent à nous spolier de tout ce qu’elle veut, telle la loi bail-in en vigueur depuis le 1er janvier 2016. En échange, nos soi-disant représentants obtiennent de la banque le pillage automatique de nos avoirs si durement gagnés ! Mais détourner nos ressources ne lui suffit pas. Elle place son argent hors circuit imposable, dans des paradis fiscaux ! Elle participe donc le moins possible au financement de nos besoins collectifs … alors qu’elle nous doit tout  !!!

      C’est ainsi que je suis obligé de lui céder mon argent et de lui régler des frais. Et en plus, je dois m’acquitter d’impôts même pas légaux à l’État, lequel en recède beaucoup à la banque. Tous deux nous font payer pour des services rendus, alors que c’est une escroquerie dont les ressources gavent les plus riches pour qu’ils deviennent encore plus riches ; lesquels jurent sur la Bible qu’ils font l’œuvre de Dieu pour justifier leurs pillages : E.19.5 : vous m’appartiendrez en propre d’entre tous les peuples ; car toute la terre est à moi ! Avec en vue la gloire des saints arrogants : E.9.16 : mais je t’ai fait subsister pour ceci : afin de te faire voir ma puissance, et pour que mon nom soit publié sur toute la terre. Relisez l’Exode, il y a d’autres versets du même genre et c’est atroce. L’esclavage pas cool est en vue… !

      C’est dangereux pour tous, y inclus pour de nombreux millionnaires qui se croient à l’abri ; car au bout de cette aventure, il faut que tout échoie à un petit groupe, voire à un seul propriétaire !!!

      Nous devrions tous sortir du piège tendu par les banquiers et les politiciens en retirant notre argent des banques ; et en bloquant le paiement de nos impôts charges taxes et amendes ; le tout transféré sur nos serveurs associatifs, jusqu’à ce que nous soyons réorganisés. Mais c’est difficile, car la conscience du leurre religieux est embryonnaire, limitée à un maigre groupe d’initiés.

      Ceci dit, je ne suis pas sûr qu’il faille sauver notre société à tout prix ; car il est clair que nous sommes trompés, pillés, limités, pollués, massacrés, divisés, rackettés, arnaqués, etc. C’est voulu et il y a des raisons à cela. J’en ai expliqué la source et les motifs trouvés dans les livres d’Anton Parks : nous avons étés créés pour servir des " dieux ". En sumérien le nom du premier homme, Adam, veut dire : animaux, bétail, troupeau. Il mange de l’herbe et il est méprisé. Nous sommes des robots biologiques traités depuis toujours en esclaves ; et ce sont les religions qui font durer : les protestants ont des pasteurs pour les garder bien obéissants. Les catholiques ont la parabole du bon berger et les pastorales. Les musulmans doivent se soumettre à Allah et en faire la pub. Les juifs doivent voler les " gentils " pour la gloire de leur Dieu. Il y a ceux qui font la promotion de la Bible, ceux qui tracent les généalogies pour savoir qui est qui, ceux qui veulent croire aux miracles, etc.

      Sauf que d’autres ne sont pas d’accord sur la création et la reproduction de la vie biologique ; et ce qu’elle soit humaine, animale ou végétale. Ils sabotent, polluent et ruinent tout, y inclus la vie des descendants de nos créateurs, nos anciens " dieux ". Je les classe dans les malthusiens.

      C’est cette guerre entre exploiteurs et destructeurs qui nous est préjudiciable, nous faisant passer pour pitoyables ; alors que nous les surpassons en intelligence, en sagesse et en savoir-faire. Ils sont largués à cause de leur fainéantise et de leur roublardise qui ne leur procure rien de vrai ; si bien que nous sommes à présent les génies de la Vie sur cette planète. Il nous reste juste à en prendre conscience.

      En attendant, on nous motive en nous disant que nous sommes nés ici pour apprendre et progresser. Apprendre d’un monde truqué ? Vous êtes sûr ? L’idée court aussi que notre mission vise à améliorer " l’éternel présent ", soit une vie déjà vécue par d’autres et que nous venons fignoler. Pop pop ! Cela nous culpabilise puisque nous sommes censés choisir nos vies, alors que nous n’en avons pas de preuve. En plus notre libre arbitre est difficile à acter et il y a trop d’entraves pour optimiser le bien vivre ensemble, si bien qu’on ne l’a pas en ligne de mire.

      Enfin, notre Univers est vaste, et il y en a d’autres avec de la vie partout. Du coup, en suivant nos intuition après la mort de nos corps, nous pouvons trouver ailleurs, des plans de vies plus intéressants que ceux disponibles ici ; et je ne suis pas le seul à penser ainsi.

      Je compte sur vous pour faire circuler ce post ; en votre âme et conscience, cela va de soi.